Conseils de typographie

Les majuscules ou capitales
et
les minuscules ou bas-de-casse
cuy copyleft
  See You Why?  

 

majuscules, capitales accentuées, comment ? | Orthotypographie accueil |   énumérations et ponctuation

 

Les majuscules ou capitales
et
les minuscules ou bas-de-casse

Lesquelles choisir ?

Nous rappelons ici, ce que nous avons déjà signalé ailleurs, en indiquant que les capitales devaient être accentuées. Nous ne discuterons donc pas ici de l'accentuation ou non des capitales ; nous nous emploierons (1) à distinguer le vocabulaire du grammairien de celui du typographe, puis nous proposerons (2) de lister les cas où la majuscule du grammairien doit (devrait) être représentée par une capitale.

Le terme de "casse" trouve son origine dans les bacs de caractères de plomb, employés en imprimerie. Il s'agissait de composer son texte en prenant les caractères à la bonne place, mais aussi de les trier correctement après usage, pour éviter les coquilles. La forme des casses variait selon les pays et le nombres de caractères différents que comportait la langue utilisée (caractères accentués et ligatures œ, Œ, æ et Æ en français, quelques caractères accentués, les ¡, ¿, Ñ et ñ en espagnol, le fameux β allemand et j'en passe), mais aussi selon la fréquence d'utilisation de chaque caractère propre à chaque langue.

Et, — l'auriez-vous deviné ? — les caractères appelés à tort minuscules, étaient rangés dans les casses, en bas, car plus fréquemment utilisés et plus facilement accessibles sans fatigue... d'où leur nom "bas-de-casse".

Il ne faut donc pas confondre majuscule et capitale (casse de caractères) : les Champs-Élysées, les CHAMPS-ÉLYSÉES ou les CHAMPS-ÉLYSÉES, ou encore les champs-élysées :

Pour le grammairien,
Champs-Élysées est un nom propre désignant une avenue de Paris qui part de la place Charles-de-Gaulle (anc. place de l'Étoile) [NDLR : quel accent, cette étoile], et chacune de ses quatre formes ci-dessus compte 2 majuscules et 11 minuscules, peu importe l'aspect typographique du mot.

Pour le typographe,
- le premier exemple compte 2 (grandes) capitales et 11 bas-de-casse ;
- le deuxième exemple compte 2 grandes capitales et 11 petites capitales ;
- le troisième exemple compte 13 (grandes) capitales ;
- le quatrième exemple compte 13 bas-de-casse.

Typographes et grammairiens devraient parfaitement s'entendre si les majuscules étaient écrites en capitales. Maurice GREVISSE et André GOOSSE : "Dans la langue courante, on appelle souvent les capitales majuscules d imprimerie ou majuscules tout court : « En écrivant [ &], à l encre rouge, le titre de l Suvre, en majuscules soulignées deux fois » (G. Perec, Vie mode d emploi, p. 301). Dans l usage de ce livre, majuscule désigne toujours une initiale plus grande que le reste du mot." (Le Bon Usage, 14e éd., § 87,b,1, § 101). Éditions De Boeck - Duculot, Paris - 2007) ;

La majuscule, au niveau orthographique, sert entre autres (voir infra) à marquer le début d'une phrase ou le début de la plupart des noms propres. La minuscule n'est alors que toute autre lettre dont la grammaire (mieux : l'orthographe) n'exige pas qu'elle soit une majuscule (que l'on écrit avec des bas-de-casse).

La capitale, au niveau typographique, est la forme que l'on donne au caractère que l'on veut écrire. L'habitude fait que généralement, on emploie une capitale lorsque l'on doit avoir une majuscule (grammaticalement parlant).

Ainsi, si vous voulez orthographier correctement le nom de la commune de Montrœul-sur-Haine, qui comporte deux majuscules, vous pourriez écrire MONTRŒUL-SUR-HAINE entièrement en capitales, voire MONTRŒUL-SUR-HAINE avec deux grandes capitales et le reste en petites capitales. Et si vous écrivez tout en bas-de-casse (montrœul-sur-haine), il y aurait cependant toujours deux majuscules, mais écrites en bas-de-casse [et pas en minuscules] (le M comme début d'un nom propre, dénomination d'une ville ou commune et le H comme début du nom du cours d'eau traversant la commune, qui de plus, a donné naissance au nom de la province de Hainaut, traversant aussi Asnières-sur-Haine, Ville-sur-Haine, Bois d'Haine, Haine-saint-Pierre, Haine-saint-Paul, la baronnie ou seigneurerie de Boussoit-sur-Haine). Les habitudes de typographie ont engendré la confusion entre les deux notions ; en effet, généralement, une majuscule est représentée par une capitale et une minuscule par un bas-de-casse, mais une capitale n'est pas forcément une majuscule, pas plus qu'un bas-de-casse n'est toujours une minuscule !

Casses d'imprimerie (d'après Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/
Casse_(typographie)
)


Nous proposons, en condensé de nos lectures, les capitales utilisées dans les cas suivants :

    1. au début d'une phrase ;
      ex. : Le site www.cuy.be est remarquablement documenté.
    2. après un point ;
      ex. : Le site www.cuy.be est remarquablement documenté. Quel travail !
    3. après un point d'exclamation, s'il termine la phrase ;
      ex. : Viens ! Je te l'ordonne !
      mais, on écrira :
      Ô rage, ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! (Corneille)
      Au voleur ! au voleur ! à l’assassin...
    4. après un point d'interrogation, s'il termine la phrase ;
      ex. : Viendras-tu ? C'est la troisième fois que je te le demande.
      mais, on écrira :
      "Viendra-t-elle ce soir ?", se demandait-il depuis ce matin. (Corneille)
    5. après des points de suspension, s'ils terminent la phrase (éventuellement commencée et abandonnée) ;
      ex. : C'est un... Non, je m'abstiendrai d'en dire plus.
      mais, on écrira :
      La direction m'a fait part... de vos difficultés.
    6. après un deux-points précédant une citation, introduite ou non par un guillemet ouvrant ;
      ex. : Il ne répondait pas à la question que se posait chacun d’entre nous : À quoi cela sert-il ?
      Le professeur demanda : « Pourquoi as-tu agi ainsi ? »
    7. au début d'un nom propre ou considéré comme tel ;
      ex. : La Noël et Pâques sont des jours autant fêtés que l'Aïd al Fitr.
    8. à l'article d'un nom propre non relié par un trait d'union sauf si on peut confondre avec une préposition grammaticale ;
      ex. : Cet article est paru dans Le Soir... les journalistes du Soir l'ont regretté.
    9. au premier mot de chaque alinéa d'une énumération commençant par un chiffre ou une lettre de classification, suivi d'un point ;
      ex. : Il convient de distinguer dans le code pénal ces trois catégories d'infractions :
      – les crimes ;
      – les délits ;
      – les contraventions.
      mais, on écrira :
      Il convient de distinguer dans le code pénal ces trois catégories d'infractions :
      1. Les crimes ;
      2. Les délits ;
      3. Les contraventions.
    10. aux points cardinaux, s'ils désignent une zone géographique, mais pas s'ils désignent une direction ;
      ex. : Le Nord de la France a un accent qui lui est propre. Les pays de l'Est.
      mais, on écrira :
      Le vent froid vient du nord. Il habite à l'est de Bruxelles.
    11. au premier mot d'un vers de type classique ;
      ex. : Mignonne, allons voir si la rose
      Qui ce matin avait déclose
      Sa robe de pourpre au soleil
    12. aux mots Allah, Dieu ou Yavhé considérés comme personne unique dans le monothéisme ;
      ex. : Serait-ce là l’origine de la phrase « Dieu est amour » souvent répétée chez les Chrétiens, ou de cet « Allah le Miséricordieux » cher aux Musulmans ?… Pour preuve, il est intéressant de savoir que le plus grand dieu des Égyptiens, celui qui dominait tous les autres, s’appelait Amon. Ce qui se traduit par « le Caché », « l’Invisible », « Le Mystérieux »… Chez les Grecs, Zeus ne descendait que très rarement de son Olympe. Il préférait, lui aussi, rester discret, pratiquement invisible.Le Yavhé des Juifs est, lui aussi, bien mystérieux. Ce père qui est dans les cieux paraît s’y cacher depuis la création. On l’entend parfois, mais on ne le voit jamais.
    13. aux noms propres des divinités païennes, des héros de légende, des animaux fabuleux ;
      ex. : Vous faites allusion à quel chien ? Laïka (1re chienne de l'espace, à bord de Spoutnik-2), Cerbère (chien à 3 têtes - Mythologie grecque), Belle (chienne de la série TV Belle et Sébastien), Rintintin (héros de la série TV du même nom), Milou (chien de Tintin), Dingo (ami de Mickey), Idéfix (chien d'Obélix), Lassie (héros de la série TV et des films), Pollux (Chien du manège Enchanté), Rantanplan (chien le plus stupide de l'univers, héros récurrent de Lucky Luke), Snoopy (la star de Peanuts) ?
    14. aux noms propres des vents personnifiés ;
      ex. : Plus de 20 000 personnes ont reçu l'ordre d'évacuer leur maison en Floride à l'approche de la tempête tropicale Alberto qui s'est renforcée dans le golfe du Mexique et risque de se transformer en cyclone, le premier de la saison.
    15. aux noms communs personnifiés ;
      ex. : La Genèse, dans la Bible ; le Général ; en politique, l'Église (= institution) a perdu son influence ;
      mais on écrira :
      la genèse de son histoire ; le général Ney ; l'église de Montrœul (= le bâtiment) a été restaurée récemment.
    16. aux surnoms ;
      ex. : Jean-Baptiste Poquelin se faisait appelé Molière... comme Jonathan n'était connu que sous l'appellation Jon.
    17. aux noms propres d'animaux ;
      ex. : Milou n'a pas la même histoire que Cerbère, certes, mais l'on parle de Cerbère depuis près de deux mille ans.
    18. aux noms propres des navires, avions, etc.
      ex. : Quelqu'un parmi vous peut-il prétendre n'avoir jamais entendu parler du Nautilus ou du Clémenceau[1], du Titanic ou du Concorde, voire d'Appolo ?
    19. aux noms propres de personnes, de peuples, d'habitants d'une région géographique, de lieux ou assimilés attribués à une habitation, mais pas aux adeptes de doctrines, de religions, de courants de pensée ;
      ex. : Les Français et les Parisiens n'aiment pas parler l'anglais. Les juifs et les musulmans ne partagent pas les mêmes convictions religieuses, mais les Juifs et les Flamands se battent pour défendre leur communauté respective.
    20. aux noms propres des marques commerciales (noms déposés) ;
      ex. : La lutte entre Coca-Cola et Pepsi.
    21. dans les sigles ;
      ex. : Quelle organisation internationale fut créée en premier lieu : l'Otan, l'Onu, l'Euratom ou le Comecon ?
    22. dans certaines abréviations ;
      ex. : Une ampoule de 60 W, sur une ligne alimentée en 220 V consomme 0,27 A.

On pourrait faire état de l'emploi de la capitale de courtoisie (aussi appelée capitale de déférence) [souvent appelée majuscule] que l'on utilisera toujours lorsque l'on s'adresse directement à la personne:

Monsieur le Directeur,
Monsieur l'Inspecteur,

Cette capitale sera maintenue pour des titres accordés à des personnes qui sont sensées savoir sans autre précision de qui ou de quoi l'on parle (sans devoir le préciser). Ainsi, un inspecteur de l'enseignement pourrait écrire à un membre du personnel, sachant qu'il n'y a pas de confusion possible concernant le directeur et le ministre concerné par ce courier, en ces termes :

Bonjour Monsieur,

Copie de la présente sera envoyée à votre Directeur, ainsi qu'au Ministre...

Par contre, dès l'instant où un titre est précisé par un nom ou une organisation, c'est le nom ou l'organisation qui prendra la capitale et le titre perdra la sienne.

Copie de la présente sera envoyée à votre directeur Matthieu Durand, ainsi qu'au ministre de l'Éducation...

Cependant, de nombreux mots peuvent avoir ou non une capitale initiale. Nous avons pu lire un message de ce type affiché aux valves d'une école :

"À la dernière Assemblée Générale du Conseil d'Administration du Pouvoir Organisateur de la Haute École Reine Fabiola, le Chef de Cabinet de la Ministre de l'Éducation de la Communauté Française a pris contact avec le Notaire Dunot-Terre, Président-Directeur de notre ancienne Haute École... "

Que d'excès de capitalisation, que de majusculite aiguë (diront d'autres, à tort puisqu'il s'agit de graphie et donc de capitales) ! Analysons cette phrase :

  • À : correct, car début de phrase, majuscule représentée par une capitale ;
  • Assemblée : incorrect, compte tenu que l'assemblée est caractérisée par la suite, elle n'a pas droit à la majuscule de déférence ou de courtoisie ;
  • Générale : incorrect, comme adjectif précisant un nom (lui-même écrit en capitale ou non), de même Académie française, Communauté française, etc.
  • Conseil : incorrect, car le conseil dont il est fait état ici est précisé dans la suite, si l'on s'était limité à "du Conseil d'administration, le chef..." aurait pris la capitale, car non précisé et (en principe) connu sans ambiguïté par les deux partenaires (scripteur et lecteur) ;
  • Administration : incorrect puisque l'administration n'est qu'un complément du mot conseil et se voit préciser dans la suite du texte ;
  • Pouvoir : incorrect, compte tenu que la suite du texte précise de quel P.O. il s'agit, le P.O. perd sa majuscule de déférence ou de courtoisie ;
  • Organisateur : faux, voir ci-dessus, adjectif qualifiant le pouvoir ;
    on aurait cependant pu écrire "notre Pouvoir organisateur a pris la décision suivante..." si l'on s'adresse à un public qui n'a pas besoin de précision supplémentaire pour savoir qui est visé par cette appellation ;
  • Haute : incorrect, comme adjectif précisant un nom (lui-même écrit en capitale ou non), de même Académie française, Communauté française, etc.
  • École : incorrect, compte tenu que la suite du texte précise de quelle école il s'agit, l'école perd sa majuscule de déférence ou de courtoisie ;
  • Reine : incorrect, compte tenu que le nom de la reine est précisé par la suite, elle n'a pas droit à la majuscule de déférence ou de courtoisie ;
    on aurait pu écrire "notre Reine est venue visiter notre établissement", puisque tout Belge n'a pas besoin de précision supplémentaire pour savoir qui est visé par cette appellation ;
  • Fabiola : correct, car début d'un prénom (peu importe son titulaire), majuscule représentée par une capitale ;
    remarque : si l'établissement était réputé et connu par son sigle HÉRF ou H.É.R.F., l'écriture des quatre mots avec capitales est acceptable [voir 'acronymes et sigles'] ;
  • Chef : incorrect, compte tenu que la suite du texte précise de quel chef il s'agit...
    de plus, les mots caractérisant une fonction ou un titre civil ou administratif prennent une minuscule ;
  • Cabinet : incorrect, compte tenu que la suite du texte précise de quel cabinet il s'agit, le chef et le cabinet perdent leur capitale de déférence ou de courtoisie ;
  • Ministre : incorrect, compte tenu que la suite du texte précise de quel ministre il s'agit, le (ou la) ministre perd sa capitale de déférence ou de courtoisie ;
    de plus, les mots caractérisant une fonction ou un titre civil ou administratif prennent une minuscule ;
  • Éducation : correct, car les publications non officielles, en revanche, utilisent souvent une majuscule pour les mots caractérisant la fonction d'un ministre car c'est là sa caractéristique et en quelque sorte son nom propre. Elles conservent le bas de casse pour le titre lui-même (ministre) ;
  • Communauté : correct, pour tous les Belges la 'Communauté française' est une entité fédérale qui ne doit pas être présentée plus amplement et qui a droit à la majuscule de référence ou de courtoisie... même ;
  • Française : incorrect, comme adjectif précisant un nom (lui-même écrit en capitale ou non), de même Académie française, Communauté française, etc., voir aussi ci-dessus.
    On aurait aussi pu écrire "la communauté française de Belgique" ;
  • Notaire : incorrect, compte tenu que le nom du notaire est donné par la suite, il n'a pas droit à la majuscule de référence ou de courtoisie ;
  • Dunot-Terre : correct, car début d'un nom de famille ou patronyme, majuscule représentée par une capitale ou 'haut-de-casse' ;
  • Président : incorrect, puisque cette précision du texte ne fait que préciser la fonction de la personne dont le nom est stipulé plus avant, le Président, comme le Directeur qui suit, perd sa majuscule de déférence ou de courtoisie ;
    de plus, les mots caractérisant une fonction ou un titre civil ou administratif prennent une minuscule ;
  • Directeur : incorrect, voir ci-dessus ;
    remarque : si l'on s'adressait à la personne en question, l'écriture des deux mots avec capitales de déférence est non seulement acceptable mais recommandée ;
  • Haute : incorrect, comme adjectif précisant un nom (lui-même écrit en capitale ou non), de même Académie française, Communauté française, etc. Cependant, plusieurs typographes se sont attachés à cette difficulté... certains ont admis que "Pour les noms d’organismes ou d’associations en français, on mettra uniquement une capitale au premier substantif et aux adjectifs qui précèdent, les mots suivants commençant par un bas de casse. Exemple : École normale supérieure (plutôt que École Normale Supérieure). Cette règle a cependant de nombreuses exceptions et règles dérogatoires."
  • École : correct, car ce texte semble s'adresser à un public restreint pour qui la 'haute École' citée est une entité qui ne doit pas être présentée plus amplement et qui a droit à la majuscule de référence ou de courtoisie.

Le texte aurait donc dû être orthographié de la manière suivante :

"À la dernière assemblée générale du conseil d'administration du pouvoir organisateur de la haute école reine Fabiola, le chef de cabinet de la ministre de l'Éducation de la Communauté française a pris contact avec le notaire Dunot-Terre, président-directeur de notre ancienne haute École... "

On trouvera dommage de lire le titre de cette actu dans Le Soir du 02/08/2013 : "Le Roi Philippe descend du marquis de La Fayette", alors que dans le corps de texte on lit correctement : "Personnalité de la Révolution française, La Fayette reste «le» héros européen de l’indépendance américaine. Deux siècles le séparent de son descendant, le roi Philippe".
De même, on déplorera que la RTBF, dans un même paragraphe, mélange des typographies différentes dans sa page Info du 19/07/2013: "Timide, mal à l'aise, et parfois maladroit : les adjectifs qui qualifient le Prince Philippe ne sont pas toujours des plus flatteurs, comme l'observe Michel Dumoulin, historien à l'UCL. "Le prince Philippe paie les pots cassés d'une personnalité peut-être un peu timide, qui a moins de facilité à se manifester de façon plus ferme que, par exemple, son père sur la scène publique", estime ce dernier."

Analysons quelques textes parus dans les journaux lors de l'abdication du roi Albert II et de la succession au trône par son fils Philippe. S'il est un sujet qui a traité de titres ou d'institutions, c'est bien celui-là.

LaLibre.be, par Christian Laporte, le 20/7/2013 : "Philippe, un prince devenu Roi", comme titre. Personnellement, j'aurais préféré l'usage d'un bas de casse. La phrase fait ici nettement allusion à la fonction qui a été modifiée de prince à roi, pour une même personne. L'usage de l'article indéfini renforce cette idée, un peu comme s'il avait écrit: "Philippe, un prince devenu un roi". Par contre, s'il avait changé l'article devant le mot 'roi', alors son titre aurait dû s'écrire: "Philippe, un prince devenu le Roi".
"c’est un prince Philippe libéré sinon soulagé que [...]" magnifique, pas de capitale puisque le titre de prince, en étant suivi de la désignation de celui qui porte le titre (Philippe) suit immédiatement.
"[...] ont pu découvrir que derrière le Prince jadis timide se nichait un [...]" avec sa capitale de déférence, puisque tout lecteur sait de quel prince il s'agit, sans qu'il ne soit nécessaire de préciser le porteur de ce titre.

RTL.be, par Virginie Coenart, le 23/7/2013: "Les nouveaux portraits officiels du Roi Philippe et de la Reine Mathilde - Photos du jour", comme titre. Contrairement à l'article précédent, ici l'auteure ne joue par sur l'ambiguïté du titre et de la personne, la typographie est claire, le titre de la fonction perd sa capitale de déférence dès le moment où le titre est suivi du nom de la personne qui le porte. Dans ce titre, 'roi' et 'reine' perdaient leur capitale de déférence. Erreur que l'auteure a volontairement ou involontairement corrigée quelques lignes plus loin en écrivant: "Qui dit nouveau roi, dit nouveaux portraits officiels! Le roi Philippe et la reine Mathilde ont donc pris la pose pour une série de cinq clichés qui remplaceront les portraits d'Albert et Paola dans les écoles, maisons communales ou autre bâtiments publics."
Nous laissons au lecteur le soin de constater que dans le suite de l'article les règles typographiques ont été bafouées... nous ne nous attarderons donc pas sur cet article.

LaLibre.be, par ???, le 24/7/2013: "Le roi Philippe et la princesse Elisabeth ne volent plus ensemble"... quel magnifique titre, typographiquement correct, sauf éventuellement l'accentuation du prénom Élisabeth, mais là, seul un extrait d'acte de naissance pourrait confirmer ou infirmer une erreur éventuelle. Des titres, suivis du nom de ceux qui les portent, perdent leur capitale de déférence. Par contre, une des premières phrases qui suit souffre d'une grossière erreur de typographie "Comme le veut la coutume -et la précaution- un Roi et le premier héritier dans l'ordre de succession à son trône ne voyagent pas dans le même engin. Le monarque belge et sa fille ne dérogent pas à la règle." L'article indéfini qui précède la fonction royale qui le suit est en contraction avec la capitale qui sous-entend la définition de la personne visée. On aurait pu lire "Comme le veut la coutume -et la précaution- le Roi et son premier héritier dans l'ordre de succession à son trône ne voyagent pas [...]" ou encore "un roi et son premier héritier dans l'ordre de succession à son trône ne voyagent pas [...]"

Comment saisir un mot contenant une majuscule accentuée... pardon, une capitale accentuée ?

[1]Nous n'ignorons pas que

Références :

  • Extrait du "Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale" , page 12,
    ISBN 2-11-081075-0, édition de 1994 :
      • "En français, l'accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture et fait hésiter sur la prononciation, sur le sens même de nombreux mots. Aussi convient-il de s'opposer à la tendance qui, sous prétexte de modernisme, en fait par économie de composition, prône la suppression des accents sur les majuscules. On veillera à utiliser systématiquement les capitales accentuées, y compris la préposition À."
  • Les entrées des dictionnaires français Le Petit Robert, Le Littré et Le Petit Larousse sont écrites avec des capitales accentuées. Qui aura, à la lecture de ces conseils, le courage d'ouvrir son dictionnaire pour vérifier ?
    Conformément à tous les codes typographiques, l Office de la langue française (OLF) a publié en 1979 un avis de recommandation à la Gazette officielle qui préconise l accentuation des majuscules lorsque les minuscules équivalentes en comportent.
  • D après Maurice GREVISSE (prononcé à tort Grévisse, ceci justifiant l'importance des accents)
    dans son "Le Bon Usage", (Éditions Duculot), les capitales doivent être accentuées comme les autres lettres (Le Bon Usage, 13e éd., § 86 p. 87, § 101). Éditions Duculot, Paris - Louvain-la-Neuve, 1993).
  • De Marceau Déchamps, vice-président de l'association Défense de la langue française : "Contrairement à une croyance répandue, en français, les capitales doivent porter des accents. Il faut d'abord faire la distinction entre les capitales et les majuscules. La majuscule est la première lettre, écrite en capitale, d'un nom propre ou du mot commençant une phrase. Cette majuscule, dans l'écriture manuscrite, bénéficie effectivement d'une tolérance de non accentuation. Mais, les mots écrits complètement en capitales et les majuscules d'imprimerie doivent être accentués."
  • Un petit coup d'oeil sur les commentaires "Capitale et majuscule" de l'encyclopédie "Wikipedia"
  • Un autre article convaincant et faisant allusion aux logiciels de PAO (publication assistée par ordinateur)
    "Majuscules ou capitales : le casse-tête"
  • Accentuer les lettres capitales, du site www/langue-fr.net
  • Accents sur les majuscules, Gouvernement du Québecq
  • Pourquoi parler de la ponctuation ?, les Universités du Québecq, "les erreurs de structure, de ponctuation et de vocabulaire (entre autres les anglicismes) sont plus fréquentes que les erreurs d orthographe, de morphologie et d'accord." Propos illustrés de textes de grands auteurs.
  • "Accentuer les lettres capitales",
    une éclairante contribution de Dominique Morimon
  • "Imposer les majuscules accentuées"
    est proposé par Microsoft, dans "Assistance de Word 2003 et suivants"
  • "Majuscules accentuées avec Linux"
    par Daniel, jeudi 10 mars 2005 à 19:10
  • Même le site de l'Académie française (avez-vous remarqué l'absence de capitale à l'adjectif 'française' ?) traite du sujet "Accentuation des majuscules"
  • http://www.synec-doc.be/doc/accents2.htm
  • http://www.meeus-d.be/edit/typword.doc
  • Comment accentuer les capitales avec différents types de matériel ou systèmes d'exploitation,
  • Accents sur les majuscules dans les abréviations, Office québécois de la langue française
  • Le VIEUX-LIÈGE, en parle dans une publication trimestrielle ;
  • Accents dans les sigles, Gouvernement du Québecq
  • Majuscules et capitales, nombreuses allusions à Jean-Pierre Lacroux ;
  • FAUT-IL METTRE LES ACCENTS SUR LES LETTRES CAPITALES ?, un autre utilisateur qui s'est valablement inquiété de la question ;
  • Même la Région Wallonne en fait mention pour ses documents administratifs...
  • TutoWeb.com signale également que "Trop souvent, les adultes reproduisent une mauvaise habitude apprise à l'école : les capitales ne s'accentuent pas dans l'écrite manuscrite. Ceux qui se destinent à une vocation plus littéraire, apprendront à corriger cette maladresse orthographique. Mais on retrouve encore bon nombre d'articles de presse ignorant cette particularité. Le lecteur y perd son français. "
  • Édi-Créa, site qui s'adresse aux éditeurs nous donne aussi son point de vue ;
  • Le CDDP, Centre départemental de documentation pédagogique de Lozère nous informe comment maîtriser l'accentuation des capitales sous Windows ;
  • Lexilogos qui permet d'utiliser n'importe quel clavier pour introduire des caractères spéciaux accentués ;
  • Même le traitement de texte Writer d'OpenOffice fait état des ponctuations et caractères accentués ;
  • Et le forum catholique lance aussi un débat quant à savoir si "Dans une sain(t)e orthographe, on accentue les majuscules... ;-) "
  • Dans son cours de typographie de 2007, Serge Paulus, développe la typo en normes, intéressant ;
  • Signes diacritiques et capitales dans l écriture et la typographie du français, par Lionel LABOSSE, écrivain et professeur de français qui a produit cet article riche en documentation ;
  • Orthotypographie, Orthographe & Typographie françaises, Dictionnaire raisonné, Volume I, de A à F, de Jean-Pierre Lacroux, 384 pages mises aimablement à votre disposition
  • Orthotypographie, Orthographe & Typographie françaises, Dictionnaire raisonné, Volume II, de G à Z, de Jean-Pierre Lacroux, 370 pages mises aimablement à votre disposition
  • "Côté accent sur les capitales, ceci était pas mal non plus : http://www.orthotypographie.les-hurtig.org/volume-I/academie-accentuation.html#Accentuation...", m'a dit Alain. "Mieux que ça !", pensé-je (ou pensè-je).
  • Concernant les capitales ou majuscules, inutile d'en dire plus : http://www.orthotypographie.les-hurtig.org/volume-II/madame-mythologie.html#Majuscule
  • Manuel de typographie française élémentaire, de Yves Perrousseaux , à (re)commander ;
  • Unicode et ISO 10646 en français, de l'HAPAX, qui traite des "Écritures alphabétiques européennes, Écritures du Moyen-Orient, Écritures du sud et du sud-est asiatiques, Écritures d'Extrême-Orient, Écritures supplémentaires, Symboles et autres Caractères spéciaux". Très technique, mais très complet.
  • Dans ses "Consignes pour la présentation d'un manuscrit", ÉCOSOCIÉTÉ, maison d'édition, recommande : "Si votre ordinateur le permet, prenez soin de placer les accents sur les lettres capitales."
  • Qui aime beaucoup demande énormément, qui cite Perrousseaux, l'Académie française, etc.
  • La-ponctuation.com, qui parle des capitales accentuées, citant l'Académie française, et qui traite d'autres sujets, tels les différents signes de ponctuation et espaces les encadrant ;
  • Règles de typographie, des groupes départementaux de la Somme et de l'Oise, Pédagogie Freinet, qui traite de typographie, capitales, mais aussi ponctuation et espace ;
  • recherche sur Altavista de "capitales accentuées" :
    388 résultats (le 6/12/06 : fête des étudiants)
  • recherche sur Google de "capitales accentuées" :
    532 résultats (le 6/12/06 : fête des étudiants)
  • recherche sur Altavista de "majuscules accentuées" :
    1720 résultats (le 6/12/06 : fête des étudiants)
  • recherche sur Google de "majuscules accentuées" :
    19300 résultats (le 6/12/06 : fête des étudiants)
  • Merci professeur, Les accents sur les majuscules
  • (voir p. ex. Perrousseaux (2002 : 73), qui s'en prend à « l'ignorance désolante des règles de composition typographique de certains soi-disant enseignants »)
  • Et le site de l'Académie française qui parle aussi de l'accentuation des capitales 

 

 



 

Voir aussi :

 

majuscules, capitales accentuées, comment ? | Orthotypographie accueil |   énumérations et ponctuation